Interview de Michèle Drevillon

Quel est votre parcours de vie ?
En ce qui concerne mon parcours de vie, je suis née au Maroc où j’ai passé une enfance très heureuse. J’ai fait des études de lettres classiques à la Sorbonne. Puis j’ai enseigné dans la région parisienne, puis à Tours et à nouveau Paris. J’ai été professeur formateur, enseigné un peu en section théâtre et en fait adoré partager mes connaissances. J’ai donc fait aussi des conférences sur mes sujets de prédilections : la mythologie, les portraits de femmes un peu hors normes dans la mythologie ou l’histoire romaine ou encore la Bible… sans oublier le Moyen âge car mon sujet de maîtrise  portait sur la Reine Guenièvre. Comme mes conférences sont toujours accompagnées de peintures et de musique Je m’intéresse beaucoup désormais, aux femmes peintres…Et toujours aux femmes assez extraordinaires pour leur époque. Je voyage beaucoup, ai vécu quelques temps en Chine et à Hong-Kong et me partage le reste du temps entre Versailles et la Bretagne.
Comment l’écriture a-t-elle frappée à votre porte ?
Je crois que j’ai toujours écrit, pour moi, pour des occasions diverses. J’ai commencé vraiment avec une amie pour écrire une pièce de théâtre à l’intention de sa fille qui lançait sa compagnie.
Qu’avez-vous écrit ? Quels thèmes vous passionnent ?
Nous avons écrit donc: Les Amants de Cornouailles chez Jacques André,  puis  à l’occasion du millénaire de l’Abbatiale de Saint Gildas de Rhuys, j’ai écrit pour quelques représentations exceptionnelles : Félix ou le Temps des Bâtisseurs., toujours chez Jacques André. Nathan lançait sa collection sur les histoires de La Bible et contactée, j’ai proposé Judith. Et c’est ainsi que j’ai commencé à écrire pour la jeunesse Judith l’espoir de Béthulie, puis L’amère vengeance de Clytemnestre et enfin Marie-Madeleine la protégée de Jésus.
Quelles sont les difficultés que j’ai éprouvées ?
Je crois que ce sont celles qu’éprouvent la plupart des écrivains : D’abord arrêter les recherches pour se mettre à rédiger, puis l’impression parfois que les personnages vous échappent et refusent de suivre la voie que vous leur avez tracée. Ce fut le cas par exemple de Marie-Madeleine qui  m’a contrainte à un long arrêt car « elle refusait d’entrer dans Jérusalem pour la crucifixion de Jésus »  Il y a aussi la difficulté à couper , à trouver enfin  le meilleur angle d’attaque…
Quels sont vos projets ?
Actuellement je prépare une conférence sur Sarah Bernhardt et continue à envisager une sorte de biographie romancée d’une de mes peintres peu connues. Je n’en dirai pas plus !
Retrouvez les livres de Michèle Drevillon à la FNAC : https://www.fnac.com/ia636835/Michele-Drevillon
0

Auteur de l’article : Benjamin

Depuis ma tendre enfance, j’ai été environné de livres. Avec une sœur documentaliste, cette passion s’est amplifiée. J’ai d’abord aimé les livres pour l’objet. Les manipuler, les trier, les enregistrer, puis...le goût de la lecture est venu. J’ai eu l’occasion de m’occuper de la bibliothèque de la maison de retraite de mon village pendant 2 ans. Puis d’être assistant documentaliste et de réadapter l’espace de 3 Centre de Documentation. J’ai grandi avec la croissance de la littérature jeunesse et je n’arrive pas à quitter ces collections, ces auteurs... En 2010, j’ai souhaité partager toutes mes belles trouvailles au travers d’un blog (Les critiques littéraires de Timothée et Angie, ma soeur contribuant aussi au blog). Puis, le 12 juin 2018, ce blog s’est transformé en site Internet plus générique mais non moins personnel ayant pour titre : J’aimeleslivres.fr Je vous souhaite une belle découverte. Et n’hésitez pas à nous envoyer vos livres que nous lirons avec plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *